Nous connaître Historique

Historique rapide

L'AGUPE est née en 1977 d'une révolte contre un projet d'urbanisation devant développer la population fidésienne à 40 000 habitants. Aux élections municipales de 1977, la liste contestataire avec six membres  du Conseil d'Administration de l'AGUPE est élue. En conformité avec les statuts, ceux-ci ont démissionné du CA. La nouvelle municipalité inverse les orientations du premier plan local d'urbanisme de la commune :
-    le bourg est préservé,
-    les parcs de la crête sont sauvegardés
-    les balmes et le vallon des Razes deviennent des espaces naturels protégés.
Toujours en 1977, l'association introduit un recours contre la ZAC du Brûlet. L'AGUPE gagne en 1979 en Conseil d'État : le projet immobilier est divisé par trois, le parc actuel du Brûlet est sauvé.

Tout au long des années 1980, l'AGUPE cherche à faire protéger les zones naturelles. Elles seront couvertes par divers classements : site naturel inaltérable, espace naturel sensible (ENS n°40) du département, site d'intérêt écologique du Grand-Lyon. L'AGUPE appellera l'ensemble de ces zones la "ceinture verte".

L'AGUPE demeure vigilante quant à une urbanisation équilibrée du Vallon, avec promenades le long du chemin des Prés. Elle agit dans les années 1990 pour le développement de sentiers en "ceinture verte".

En 1996, elle soutient le premier Plan de Déplacements Urbains (PDU) qui privilégie les transports publics et les "modes doux".

Dès la création de " Nature en Fête ", grande manifestation fidésienne du 8 mai annuel, L'AGUPE participe à l'organisation et l'animation de celle-ci.

Dans les années 2000, l'association anime des actions de sensibilisation : "guerre à l'ambroisie", "compostons nos déchets végétaux", "utilisons moins de produits chimiques dans la nature", "usage du vélo en ville"… La faune de la commune fait l'objet d'un premier inventaire.

En 2005, apprenant la mise en vente du séminaire Saint-Irénée, l'AGUPE en concertation avec l'association "La Fontanière", obtient l'inscription de l'édifice à l'inventaire supplémentaire des monuments historiques.

Plus récemment, elle intègre dans ses préoccupations les questions énergétiques et de dérive du climat.


En 2010, l'AGUPE sollicitée par la municipalité, est un acteur majeur dans sa contribution à l'établissement de l'agenda 21 communal, destiné à définir une stratégie pour un développement plus durable.